Page en construction

L’engagement central de la campagne de 2013 du Mouvement lavallois/Équipe Marc Demers (MLEMD) était de remettre de l’ordre dans l’administration municipale.

L'intérêt de la collectivité

Au cœur de nos réalisations

Nos actions conséquentes ont touché de nombreux aspects de la gestion de la municipalité et elles ont souvent dépassé nos engagements pour favoriser une administration à la fois transparente, à l’écoute de la population et orientée vers un service au citoyen efficace.

Les citoyens peuvent consulter ci-dessous l’ensemble des investissements et des actions réalisées depuis quatre ans dans l’intérêt de la collectivité lavalloise.


Éthique et transparence

1- Au début de l’été 2014, le MLEMD a énoncé son intention de poursuivre les entreprises et les individus ayant trempé dans la collusion pour subtiliser des sommes d’argent appartenant à la population lavalloise et de récupérer ces sommes.

À ce jour, les représentations de la Ville de Laval et du maire Marc Demers ont contribué à récupérer quelque 8,5 millions de dollars que l’ancien maire Gilles

Vaillancourt s’est engagé à retourner dans les coffres publics. Cette somme considérable s’ajoute aux montants déjà remboursés par les entreprises en vertu des dispositions de la loi 26.

1- Adoption, dès février 2014, d’un nouveau code de conduite conforme à la Loi sur l’éthique et la déontologie municipale. Dorénavant, les élus lavallois ont l’obligation de dénoncer toutes les situations dérogeant à ce code en saisissant des faits le Ministère des Affaires municipales sous peine de mesures pouvant aller jusqu’à des recours légaux..

2- Création du Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval (BIEL). Mis sur pied au sein du Service de police, le BIEL offre notamment la possibilité de dénoncer, en tout anonymat et par le moyen d’une ligne directe, une situation ou un acte suspecté d’être répréhensible.

3- Suppression des allocations de transition automatiques pour les élus accusés de crime ou qui quittent volontairement leur fonction pour une raison autre que médicale.

4- Augmentation des budgets du Bureau de la Vérificatrice générale et du Bureau de l’Ombudsman pour qu’ils disposent des ressources nécessaires pour effectuer leur important mandat de façon efficace et diligente.


1- Audit de la gouvernance des sociétés paramunicipales de Laval par l’Institut de la gouvernance d’organisations privées et publiques (l’IGOPP). Les recommandations établies dans le rapport de l’IGOPP nous ont permis de mener d’importants changements.

Certaines sociétés paramunicipales ont vu leur mission changer radicalement, alors que certaines autres ont été éliminées et leurs services rapatriés au sein de l’administration municipale. Exemples : la récupération dans le giron de la Ville de la gestion du Centre de la nature ainsi que le rapatriement prochain des services de Laval Technopôle, qui donnera naissance fin 2017 à la nouvelle Division économique de l’administration municipale lavalloise.

Cette dernière initiative nous a donné l’occasion d’offrir enfin un guichet unique pour les entreprises et les promoteurs afin d’accélérer le traitement des dossiers.
Lire le rapport complet de l’IGOPP

2- Collaboration avec l’École Nationale d’Administration Publique (ENAP) afin de réaliser un projet majeur de recherche et d’accompagnement portant sur l’ensemble de la démarche de réorganisation municipale à Laval.

En vertu de cet accord jusqu’à présent inédit dans le monde municipal du Québec, dix professeurs de l'ENAP ont accompagné des gestionnaires clés de la Ville dans 25 chantiers organisationnels touchant les thèmes suivants : la gouvernance, la reddition de compte et l’éthique.

Les actions concrètes adoptées par notre administration suivant cette collaboration ont permis à la Ville de Laval de se voir décerner le prix Mérite Innovation municipale 2016 de l’Union des municipalités du Québec ainsi que le Prix Monde municipal de l’Institut d’administration publique du Québec (IAPQ).


1- Adoption d’une politique de gestion contractuelle, en respect de la Loi du Québec sur la transparence et l’éthique en matière de lobbyisme.

2- Une veille stratégique est établie afin d’assurer un suivi vigilant des processus d’octroi des contrats publics. Dans une perspective de rapatriement des expertises, le département des achats a été consolidé par l’embauche de nouvelles personnes.

3- Les appels d’offres sont gérés par les employés de la Ville qui sont totalement indépendants vis-à-vis des membres du Conseil municipal ou du Comité exécutif.

4- La Ville favorise, lorsque c’est utile et possible, la répartition des contrats par champ d’expertise ou par phase. On évite ainsi qu’un nombre limité d’entreprises se partagent les contrats les plus importants accordés par la municipalité.

5- Des appels d’offres sont lancés en permettant aux entreprises de présenter leur soumission sur une ou plusieurs phases, ceci afin de favoriser la concurrence tout en bénéficiant d’économies d’échelle.

6- La Ville peut dorénavant résilier un contrat ou écarter un soumissionnaire d’un appel d’offres si celui-ci a offert un rendement jugé insatisfaisant à l’occasion de contrats précédents, s’il a été accusé au criminel, ou encore si l’entreprise est impliquée dans des procédures judiciaires à l’encontre de la Ville.

Pour connaître les autres mesures adoptées concernant la gestion des contrats publics, reportez-vous à la page 5 du bilan 2013-2017.


1- Faciliter le dialogue et la transparence entre l’administration et les citoyens par le moyen des actions suivantes : Préséance aux questions des citoyens qui interviennent dorénavant en début de séance du Conseil municipal. Séances du Conseil et séances publiques du Comité exécutif diffusées sur Internet. Assemblées de consultation de zonage projetées sur grand écran dans la salle du Conseil. Données rendues publiques via le portail des données ouvertes du gouvernement du Québec.

2- Favoriser la participation citoyenne grâce à plus de consultations publiques sur les projets d’envergure comme le projet du Bois de l’Équerre, la revitalisation du secteur Concorde et de l’entrée de ville Pont-Viau, etc.

3- L’envoi des avis expliquant les projets de construction ou les changements de zonage aux habitants est maintenant géré par un algorithme et non plus par une procédure arbitraire.

4- Révision des cotes de crues qui a permis d’exclure environ 700 adresses auparavant inclus à tort dans les zones fortement inondables.


Culture et patrimoine

1- Investissement de cinq millions $ afin d’organiser des célébrations sur l’ensemble du territoire. Le spectacle Insula, créé par une entreprise lavalloise, a attiré 80 000 personnes au Centropolis.

2- Investissement d’un million $ dans une cinquantaine de projets citoyens sélectionnés par un comité indépendant et politiquement neutre. Ces projets profiteront durablement aux OBNL de Laval.


1- Promotion des sites patrimoniaux en identifiant les maisons d’intérêt touristique au moyen de plaques et par la bonification de l’offre des Virées patrimoniales.

2- Investissement dans les Virées patrimoniales pour l’ajout d’un nouveau circuit, le Vieux St-Martin.

3- Mise à jour de l’inventaire du patrimoine architectural de Laval. Déjà 1925 bâtiments lavallois ont été répertoriés.

4- Création d’un répertoire en ligne du patrimoine culturel, historique et récréotouristique de Laval. Ainsi que la création d’une application mobile Parcourir Laval afin de découvrir la ville de façon ludique.


1- Création du Conseil régional de la culture de Laval permettant aux artistes d’obtenir un meilleur financement et un accès plus facile au ministère de la Culture du Québec.

2- Ouverture de galeries d’art pour permettre une meilleure visibilité aux artistes. Les murs de l’Hôtel de Ville sont d’ailleurs ornés des œuvres de peintres et sculpteurs lavallois.

3- Mise à l’avant des artistes lavallois lors des spectacles du 50e.

4- Installation de pianos publics à Sainte-Rose et Sainte-Dorothée.

5- Organisation de plusieurs festivals d’envergure comme le Festival arménien et le Festival libanais et la première édition du Printemps méditerranéen.

6- Investissements dans trois projets de marchés publics à Sainte-Rose, Saint-François et Saint-Vincent-de-Paul.


Diversité

1- Investissement de 2 millions $ pour l’achat de terrains et de bâtiments destinés au logement social. Création d’un fonds de 1,5 million $ d’ici 2018, dédié au développement du logement social.

2- Préparation d’un Code du logement lavallois.

3- Planification de la phase 1 d’un grand projet dans Val-Martin pour la création de 700 nouveaux logements sociaux d’ici dix ans.


1- Laval occupe le deuxième rang au Québec pour la qualité de l’accueil réservé aux nouveaux arrivants. La diversité est un atout précieux autour duquel nous devons continuer à construire.

2- Accueil de 1130 réfugiés syriens. Laval a accueilli plus de réfugiés que les villes de Québec, Gatineau, Longueuil, Sherbrooke et Trois-Rivières réunies.


1- Gratuité du transport en commun pour les 65 ans et plus. Laval est la seule ville au Québec à offrir cette reconnaissance aux aînés, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

2- Création d’une subvention au soutien à domicile des 65 ans et plus pouvant aller jusqu’à 200 $ par an. Cette mesure compense l’abolition du remboursement de la taxe d’eau qui n’était pas conforme au cadre législatif de la Loi sur les cités et villes.

3- Déploiement d’un nouveau circuit de conditionnement physique pour aînés à Sainte-Rose. Mise en place de balades gratuites l’été en triporteur dans le Vieux Sainte-Rose et Pont-Viau.

4- Investissement de 70 000 $ dans un sentier MADA (Municipalité amie des aînés) de 1,3 km au Bois de L’Équerre et aménagement de 25 km supplémentaires de pistes cyclables interconnectées au réseau lavallois.


1- Accréditation internationale de l’Unicef : Laval, Municipalité amie des enfants (MAE). Célébration de la Journée nationale de l’enfant et la Grande semaine des tout-petits. Mise en place du plan d’action 2015-2017 MEA de l’Unicef reposant sur l’information, la participation des enfants, l’engagement social et citoyen ainsi que la sécurité. Lire le plan d’action complet

2- Une mise à jour des modules de jeux pour enfants dans nos 87 parcs municipaux sera complétée fin 2017.

3- Mise sur pied d’un projet-pilote, en collaboration avec l’école À pas de géant/Giant Steps, qui s’intéresse à tous les intervenants en situation d’urgence lorsque des personnes autistes sont impliquées. De plus, le 911 a intégré dans sa base de données des « adresses d’intérêt », le registre volontaire des résidences où se trouve au moins une personne autiste.


Environnement

1- Financement d’études environnementales pour la caractérisation de nos cours d’eau, en collaboration avec le Conseil régional en environnement.

2- Acquisition et protection des Trois grandes îles afin d’identifier les meilleures façons de les mettre en valeur et de les intégrer au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles.

3- Subvention de X millions $ (chiffre à préciser) pour le Parc de la Rivière-des-Mille-Îles afin d’améliorer les infrastructures et soutenir la promotion des milieux naturels.


1- Révision du Code de l’arbre et prise en charge de l’entretien des arbres de l’espace public par la Ville.

2- Plantation de 10 000 arbres au Centre de la nature.

3- Adoption d’un règlement de contrôle intérimaire afin d’encadrer le développement du nouveau centre-ville de Laval et protéger nos boisés. La superficie des aires protégées a ainsi triplé.

4- Comptabilisation en cours de tous les milieux humides de notre territoire par le Conseil régional de l’environnement de Laval.

5- Obligation pour les promoteurs d’obtenir, auprès du ministère de l’Environnement, une certification permettant de construire en zone humide.

6- Accueil des 430 participants de la 12e édition de la Conférence canadienne sur la forêt urbaine. Des spécialistes de l’environnement urbain de tout le pays ont participé à cet événement qui a été un franc succès.


Économie

1- Reconfiguration en cours des entrées du Coeur de Laval et celles des abords du pôle formé par le métro, l’amphithéâtre du Rocket de Laval, la salle André-Mathieu, le Cégep Montmorency et l’Université de Montréal.

2- Investissements de 18 millions $ dans l’aménagement du centre-ville. Ces travaux favoriseront la vie urbaine et contribueront à la réduction des îlots de chaleur. L’aménagement de la rue Claude-Gagné, qui sera réduite en largeur pour laisser une place importante aux piétons, y permettra la présentation d’événements publics et culturels.


1- Respect de notre engagement pour le maintien des taxes sous le taux des hausses de l’indice des prix à la consommation depuis 2013.

2- Gel du compte de taxes résidentielles moyen en 2014.

3- En quatre ans, le taux d’augmentation moyen du compte de taxes n’a été que de 1,63%.


1- Attribution d’une cote de crédit AA+ par l’agence Standard & Poor’s pour la qualité de la gestion municipale, la force de l’économie lavalloise et sa perspective de stabilité. L’agence a relevé une bonne performance budgétaire ainsi qu’une croissance économique forte et diversifiée.

2- La cote de crédit AA+ est la meilleure cote accordée à une ville au Québec, toutes municipalités confondues.


1- Création d’un guichet unique pour le traitement des projets immobiliers et commerciaux.

2- Création du Service du développement économique de Laval (SDEL) qui a pour mission la recherche de nouveaux investissements et la promotion de la Ville auprès des investisseurs, ainsi que favoriser l’accueil et le soutien aux entreprises et entrepreneurs qui s’installent à Laval.

3- Protection et valorisation des terres agricoles grâce au nouveau Plan de développement de la zone agricole (PDZA) élaboré avec les producteurs agricoles de Laval. Ce plan sera intégré au nouveau schéma d’aménagement de la ville en voie d’adoption.